Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Joseph
Age 23
But du voyage Stages
Date de départ 03/07/2008
Nom Stoll
    Envoyer un message
Durée du séjour 5 mois
Nationalité France
Description
Note: 3,5/5 - 6 vote(s).


Pays visité(s) :

Tous
Etats-Unis d'Amérique (Carte)


Localisation : Etats-Unis d'Amérique
Date du message : 14/08/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 If you’re going to San Francisco…

… be sure to wear two pairs of socks, long pants, two wool sweaters and gloves! Week end à San Francisco la semaine dernière, et San Francisco c’est: des températures polaires, des nuages, des drag queens, des gothiques, des fans de baseball, des bus à 1 dollar et 2 quarters (pile), des chauffeurs de bus qui roulent à 80 avec le bus bondé en racontant des blagues, des grand mères qui font du Taï chi, des pentes impressionnantes, des mouettes, des homes habillés en femme, des lions de mer, des couples de petits vieux noirs avec sui papoter en attendant le bus (et qui n’aiment pas le président Bush), des bambous, des femmes habillées en homme, des cable cars, des conducteurs de cable car qui sonnent leur cloche pendant 500m “parce que c’est marrant”, des ponts qu’on paye que dans un seul sens, du soleil, des home run, des ptits traffics dans une voiture devant un pizzeria tenue par des russes, des japonaises de 55ans en skateboard, des chinois, des fougères arborescentes, des hippocampes séchés, des pagodes, des bateaux, des fish and chips… Bref c’est énorme !

Départ 12h30 de Fresno pour une arrivée à San Francisco 4h plus tard. Dans une ville où le problème n°1 est le stationnement, on tombe par hasard sur un petit parking privé qui nous fait $26 le week end (les parkings « publics » font $30 les 24h), beau coup de bol. On pose les bagages à l’hôtel, on a encore un peu de temps avant d’aller voir le mach de baseball, on part donc visiter le civic center, dont l’architecture est quand même pompée sur Paris, il faut bien l’avouer. Puis direction le stade.

Ce soir, les San Francisco Giants jouent contre les Los Angles « Dodgers », un derby ! Avant le match, on a le droit à la version opéra de l’hymne américain, et pendant que la chanteuse maintient la dernière note, le stade est survolé par 2 chasseurs F22 de l’US air force, c’est beau l’Amérique ! Puis le match commence, c’est marrant. Comme il n’y a pas de mi temps, les spectateurs sont tout le temps en train de se lever pour aller manger (incroyable le nombre de fast food dans ce stade), donc le stade ne semble jamais plein. Nos places sont pas mal, et derrière nous on a la chance d’avoir un vrai fan. Il a des fiches sur lesquelles il note chaque balle, et il a des saisons entières d’archives. Il me parle de vieilles gloires du baseball, désolé mais je connais personne… Il m’explique aussi les petites habitudes, les « traditions »du base ball. La température est glaciale, il fait pas 15°C, peut être moins de 10. Dernière balle du match, LA mène 6-2 mais les Giants ont 3 joueurs sur le field et c’est le tour de leur meilleur batteur (qui a déjà fait un home run ce soir), si il fait home run, il y a 6-6 et c’est les prolongations. Mais les « Go Giants » et les « Beat LA » n’y feront rien, il se fait sortir pour 3 strikes et les Giants perdent donc le match, dommage.

 

Samedi est une grosse journée, beaucoup de marche au programme. On commence par chinatown, de bonne heure (8h), le problème c’est que tout est encore fermé. On peut quand même visiter le quartier mais pour le shopping c’est rapé. De plus il y a vraiment des nuages très denses, et il fait pas si chaud. On va ensuite au quartier italien, tout est ouvert. Conclusion : les chinois dorment encore, les italiens bossent. C’est quoi ce pays ? On prend la direction de la Coit tower qui donne un beau panorama les jours de beau temps. Aujourd’hui c’est pas terrible, on peut quand même admirer les peintures à l’intérieur du bâtiment. Le temps de descendre au Fisherman’s wharf -le port- le fog c’est levé sur la baie. On peut donc admirer la vue sur Alcatraz et les bateaux amarrés dans le port (dont plusieurs bateaux « historiques » : cargo du 19e, anciens navires de guerre, sous marins…). On flane, on va aussi voir la colonie de lions de mer qui réside en permanence sur des pontons dans le port. Ils passent leur journée à dormir, certains se battent… Ils font surtout un boucan démentiel ! On mange des fish and chips sur le port avant de prendre la route du golden gate bridge. Cette première tentative est plutôt infructueuse, il est encore noyé dans les nuages.  On descend même pas du bus ! L’arrêt est à moins de 100m du pont et on arrive à peine à le distinguer dans la brume. Le bus nous emmène donc au golden gate park, enfin pas loin, juste le temps de se perdre 20min avant d’y arriver. Dans le park, on visite le jardin japonais, très sympa puis on va visiter Height. C’est le quartier dans lequel on peut encore voir des anciennes maisons victoriennes qui ont survécu au tremblement de terre de 1906. C’est aussi le quartier dans lequel c’étaient installés les hippies, d’ailleurs on en trouve encore. Bon aujourd’hui les boutiques de hippies sont tenues par des chinois… Le quartier est joli, et les habitants… étranges. Sur le pas d’une magnifique maison victorienne on croise un gros type avec des dread qui boit une bière en marcel, puis on papote avec une japonaise de 55ans qui fait du skate, Normal. En attendant le bus, on cause avec un couple de petits vieux, puis on continue à bavarder pendant une bonne partie du trajet vers le … golden gate bridge. Cette fois c’est la bonne, le fog c’est complètement levé. On traverse le pont à pied, puis on cherche un endroit pour attendre le coucher de soleil qui devrait arriver une heure plus tard. Dès que le soleil commence à être bas, la température redevient glaciale. Attendre le coucher de soleil n’a pas été une partie de plaisir pendant le dernier quart d’heure, c’est sur ! Mais ça valait le coup, même si on n’attendra pas que le soleil ait complètement disparu, de peur de mourir gelés.  En rentrant, on mange un bout dans une pizzeria. Une « regular size» pour deux, on a pas réussit à la finir, j’imagine même pas la XXL ! Le patron (un russe, ou arménien ou quelque chose comme ça) sort de temps en temps pour monter dans une voiture garée devant puis d’autres personnes y montent, il revient avec des billets etc. A mon avis il ne vend pas que des pizzas…

Dimanche matin, balade sur Russian Hill, la colline la plus élevée de San Francisco. Là les pentes deviennent vraiment incroyables. Faut vraiment avoir confiance dans ses freins, surtout avec une voiture automatique qui n’a quasiment pas de frein moteur ! Le soleil fait enfin son apparition, et on peu même dire qu’il fait chaud. En redescendant, on repasse faire du shopping à Chinatown, bien plus animé le dimanche que la veille, allez savoir pourquoi. Bon, je n’ai pas tenté les hippocampes séchés, ni tous les trucs bizarres que tu peux trouver dans certaines boutiques aux abords de la rue touristique. A oui, à San Francisco les rues touristiques (voir les croisements) sont bondées de monde et la rue d’à côté est vide, même si elle est parfois tout aussi jolie. Retour à Kearney sur les coups de 19h, les pieds en compote.

Aujourd’hui il fait 44°C à l’ombre à Fresno, et les températures devraient encore monter pour le week end. La clim de l’appart commence à avoir du mal à suivre.



Etapes :
San Francisco

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Joseph ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty