Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Joseph
Age 23
But du voyage Stages
Date de départ 03/07/2008
Nom Stoll
    Envoyer un message
Durée du séjour 5 mois
Nationalité France
Description
Note: 3,5/5 - 6 vote(s).


Pays visité(s) :

Tous
Etats-Unis d'Amérique (Carte)


Localisation : Etats-Unis d'Amérique
Date du message : 07/09/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Tioga Road, Mono Lake et Bodie

Deuxième jour au Yosemite. Après une nuit glaciale (voir post précédent), je décide de traverser tout le park par la tioga road (la seule à le traverser de part en part) pour aller au Mono Lake dans l’eastern Sierra. La route est très agréable, elle aurait du prendre 2h30 environ, elle prendra au final plus de 3h30, il y a tellement points de vues magnifiques où il est impossible de ne pas s’arrêter, des petites « randos »… Cette partie du park est beaucoup moins fréquentée, je croise peu de monde sur la route. Par contre je croise pas mal de rangerrs et de highway patrol en train de mettre des amendes pour « speeding » (6 en tout dans la journée) il va falloir être prudent, les routes du park sont limitée à 35mph.

J’arrive donc au Mono Lake vers 11h. Le Mono lake joue à la fois le rôle de mer morte et de mer d’Aral d’Amérique du Nord. Mer morte parce qu’il est 2,5 fois plus salé que l’océan, mer d’Aral parce que les rivières qui l’alimentaient on été détournées pour assurer l’approvisionnement en eau de Los Angeles, pourtant à des centaines de kilomètres. Le lac a donc perdu une grande partie de sa superficie, laissant une plaine salée. Depuis quelques dizaines d’années, ils essaient d’inverser la tendance, mais la demande en eau de LA va pas en diminuant. L’eastern Sierra est beaucoup plus sèche que l’autre côté (effet de foehn) et surtout première chose que l’on remarque c’est le vent. D’après la radio c’était entre 70 et 80mph (environ 120 km/h) sans jamais s’arrêter. Ca décoiffe, surtout quand ce vent transporte de la bonne poussière salée qu’on se prend dans les yeux.

Le Mono lake est aussi connu pour ses Tufas, des cones de calcaires qui dépassent du lac quand le niveau est bas (en fait ils se sont formés sous l’eau à cause de sources d’eau clair qui rencontrent l’eau salées du lac, faisant précipiter le calcaire). Le paysage est vraiment bizarre : la grande plaine, les tuffas, le lac aux couleurs  étranges (bleu très foncé, parfois vert) en plus le vent lève de belles vagues. Pour les rangers du coin avec qui j’ai parlé, c’est juste un « tough day », le vent ici peut atteindre 100mph. J’imagine même pas, déjà là c’est la galère pour rester immobile et faire des photos avec le vent dans le dos…

Après une petite balade au bord du lac malgré le vent, je reprend la voiture pour Bodie, une ville fantôme devenu une sorte de monument historique. Conduire avec ce vent c’est un peu du sport. Sur la route la remorque d’un gars qui transportait son bateau c’est retournée à cause d’une bourrasque, heureusement son pick up était assez gros pour rester sur ses 4 roues (comme quoi ca sert un gros pick up), mais à mon avis son bateau est mort. La fin de la route est plus aisée car Bodie a été construite dans un endroit abrité du vent (pas fou les types !). Bon les 5 derniers kilomètres sont pas goudronnés, la route est toutefois correcte, mais ca suffit pour perturber les locaux qui roulent à 10 ou 15mph. A quoi ca sert de s’endetter pendant 15ans pour acheter un énorme 4x4 GMC si pour UNE fois que ce serait utile ils se trainent ? Là je m’énerve un peu mais sinon la route est marrante et on peut faire plein de poussière.

Bodie a été fondée en 1859 après qu’un mineur (un certain Mr Bodey) ait découvert de l’or. Une ville a donc poussée autour de la mine. A la grande époque, Bodie totalisait 10 000 habitants (alors 2e plus grande ville de Californie après San Francisco). Mais ce qui faisait la réputation de Bodie c’était surtout ses hivers froids (la ville est à 2500m d’altitude) et ses 65 saloons (officiels) dont une bonne partie faisait aussi maison close et maison de jeu, ses fumeries d’opium, ses fusillades, ses hold up et une moyenne d’environ une mort violente par jour. Lorsque les mineurs de Bodie décidèrent de construire une église méthodiste, ils ne trouvèrent jamais de pasteur pour accepter d’y prêcher, c’est dire la réputation de la ville. Quand le filon c’est tarit, les gens sont simplement partis, laissant derrière eux leurs maisons et tout ce qu’ils ne pouvaient pas transporter. Tout est resté intact, en tout cas dans les maisons qui ont été épargnées par un incendie qui ravageât 90% de la ville déjà déserte en 1932. La visite est marrante, on se promène dans la ville, on regarde par les différentes fenêtres, même si je soupçonne les gardiens du lieu d’avoir fait un peu de mise en scène (assiettes encore sur les tables…). Mais l’ambiance fait vraiment ville fantôme, en plus il n’y a pas trop de monde (le vent a du les décourager probablement), le paysage est vide à souhait, on entend que le vent… Vraiment super comme visite.

Vers 4h il est temps de rentrer, j’ai pas mal de route et j’aimerais pas rouler de nuit. J’arrive juste à temps pour voir le voucher du soleil à 2km du camping, super timing (je me suis encore arrêté à quelques points de vue ou lacs au passage). Cette nuit va encore être froide.


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Joseph ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty